Groupe de Recherches Historiques Charbonnières les Bains Adresse : 69260, Charbonnières les Bains, Rhône. Téléphone : 06 82 90 31 14. .

Puis, vint l'orgue

Charbonnières et ses églises

Avant de parler de celui de Charbonnières, je pense qu’une rapide rétrospective de l’histoire de cet instrument qui ne date pas d’hier présenterait quelque intérêt.

C’est au IIIème siècle avant J-C, en 246, que, Ctesibios, fils d’un coiffeur d’Alexandrie, créa le premier orgue à partir d’un petit instrument à vent et à double anche appelé aulos, très répandu à l’époque, qu’il s’était mis en tête de faire fonctionner avec de l’eau.

Bricoleur de génie, ce coiffeur en puissance entreprit de construire une machine à faire de la musique à partir d’éléments aussi hétéroclites qu’un sommier recevant de l’air par pression hydraulique, une dizaine d’aulos de différentes tailles, des pompes, des contrepoids, des pistons et des soupapes. De l’assemblage de ces pièces naquit effectivement un gros aulos qui fonctionnait bien à l’eau mais qui faisait surtout du bruit, et c’est sa femme, Thaïs, une musicienne, qui lui conféra le son musical qui lui manquait, devenant ainsi la première organiste d’un instrument qui s’appelait hydraule.

Pendant plus de quatre siècles l’orgue hydraulique régna en Orient et en Occident. Il était devenu le principal instrument d’accompagnement de toutes les manifestations, qu’il s’agisse de combats de gladiateurs, de banquets, de mariages ou d’autres festivités, il suivait même les armées en campagne.
Alors qu’il est aujourd’hui surtout une musique d’église, les musiciens de ce temps-là devaient changer de métier s’ils voulaient être baptisés, la religion rejetant les instruments de musique, l’orgue coûteux et luxueux en particulier.

Ce n’est qu’au IXème siècle que le premier orgue profane sera construit en Occident, et que le secret de fabrication fut transmis à des moines très cultivés qui se chargèrent de la facture d’orgue, mais sans pour autant le mettre au service de Dieu dans les églises.

Au Xème siècle, on vit des chapelles et des couvents se doter d’un orgue, mais il faudra encore attendre quatre siècles pour qu’il fasse une entrée discrèt dans les églises avant d’en devenir l’instrument liturgique.

A Charbonnières, c’est vers 1985 que naquit l’idée de doter l’église d’un orgue plus important que celui acquis en 1979, qui avait déjà pourtant marqué une nette amélioration par rapport aux harmoniums, épinettes, clavecins et autres pianos dispensateurs de musique d’accompagnement religieuse. Pendant quelques années on collecte une série de renseignements auprès des facteurs régionaux, et en 1990 le programme est au point, les caractéristiques et l’esthétique musicale de l’instrument sont définies, dans le même temps on entreprend les démarches administratives auprès de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC).

A la demande de la communauté paroissiale en accord avec la municipalité, M. Mortamet, architecte en chef des Monuments Historiques de Lyon avait réalisé, en mars 1994, une "Etude préliminaire de réaménagement de l’église". Cette recherche prévoyait non seulement d’importants travaux d’aménagement et de restauration de l’église, mais également l’installation d’un orgue à venir.

  • Aménagements liturgiques pour célébrations de messes et de cérémonies familiales
  • Aménagement de l’accueil aussi pour les célébrations collectives privées
  • Aménagements techniques : chauffage, électricité, sonorisation, aménagements pour activités culturelles occasionnelles
  • Présentation intérieure des murs, piliers, sols et objets religieux
  • Aménagements des locaux annexes : chaufferie, sacristie
  • En général tous les éléments participant à la présentation et à la mise en valeur de l’église
  • Rechercher une solution pour diminuer la rupture frontale entre le chœur et la nef
  • Etudier l’amélioration acoustique
  • Revoir la nature du sol
  • Déplacer l’orgue qui n’est pas au meilleur emplacement. Considérer les célébrations culturelles comme exceptionnelles

En 1995, la commune s’engage en qualité de maître d’œuvre de l’ouvrage. Par l’entremise du Ministère de la Culture, l’Etat conditionne son aide à un agrandissement du programme initial.
En 1996 la mairie consulte 11 facteurs et désigne l’atelier Bernard Hury pour la réalisation.
En 1997, la décision de lancement définitif de l’opération est lancée, une garantie bancaire sur fonds privés est obtenue et un recours à l’emprunt est envisagé.
L’association "Les Amis de l’Orgue de Charbonnières-Les-Bains" est créée.

Le 6 juin 1997 le projet est soumis au Conseil Municipal, le plan financier lui est communiqué, son coût total est de 1025500 francs HT. L’État accepte de subventionner la construction à hauteur de 25% du coût HT, la mairie s’engage pour 421400 francs et le Conseil Général s’inscrit pour 100000 francs qu’il ne versera jamais ; restait à la municipalité et à la paroisse à trouver le reste.
Mais il ne réalise pas l’unanimité, de nombreux élus s’élèvent contre et demandent "si un orgue d’une telle importance est nécessaire à Charbonnières alors que les concerts de l’Alpha ont du mal à trouver un public". D’autres se posent la question de savoir "pourquoi la communauté laïque doit participer à cette construction, et pourquoi une telle construction quand le budget de la Culture est déficitaire, et pourquoi n’a-t-on pas évoqué la possibilité d’une intercommunalité ?"

L’association les Amis de l’Orgue explique : "Nous voulons que l’orgue de Charbonnières soit original par rapport aux instruments présents dans la région. Le projet élaboré a été jugé très intéressant par le Ministre de la Culture qui a décidé de la subventionner à hauteur de 25% du coût, à condition d’y apporter certaines modifications jugées indispensables pour que cet instrument ait sa juste place dans le Patrimoine musical de la région. L’originalité de cet orgue unique dans la région lyonnaise, et même peu imité en France, contribuera à doter notre communauté d’un nouveau patrimoine culturel remarquable."

Le 7 novembre 1997 le Ministère de la Culture confirme le déblocage de la subvention d’État. Le 13 décembre le maire de Charbonnières confirme l’ordre de démarrage des travaux au constructeur Bernard Hury, ensuite l’opération va se dérouler dans l’ordre prévu.
Le 24 février 1998, l’emplacement définitif de l’orgue est fixé dans le transept Nord (à gauche) de l’église.
Le 4 mai 1998, l’ancien orgue Saby de 1997, vendu au diocèse de Metz pour 130000 francs est démonté.
De juin 98 à avril 99, l’instrument est construit en atelier, et en juillet il est transporté à Charbonnières en pièces détachées. Il est remonté sur place en août/septembre où il sera procédé à son harmonisation et à son accord.
Sur proposition du Père Tournier, l’inauguration pourrait avoir lieu en novembre 1999, elle serait ainsi jumelée avec la fête du centenaire de l’église.

Au cours de l’Assemblée générale ordinaire des Amis de l’Orgue du 11 juin 1998 il a été rappelé que l’orgue sera la propriété de la mairie, mais que son entretien sera assuré par la paroisse.

L’achèvement de l’orgue avait d’abord été prévu pour octobre 1999, mais il dut être reporté à mai 2000 en raison des travaux restant à effectuer dans l’église, notamment de la construction d’un nouveau plancher dans la nef et l’avant-chœur avec incorporation d’un chauffage par le sol à basse température. Bien qu’il fût à pied d’œuvre depuis juillet 1999, il n’était pas souhaitable de monter l’instrument tant que ces travaux ne seraient pas terminés.
Le fabricant et son équipe arrivèrent à Charbonnières le 13 mai 2000 pour le montage définitif et pour procéder à l’harmonisation et à l’accord des 1350 tuyaux de l’instrument.

A l’avenir, l’orgue est aussi appelé à devenir un instrument d’école visant à valoriser l’apprentissage de cet instrument autre que l’orgue électronique. Une double convention doit autoriser son accès aux élèves des conservatoires national et régional et permettre son usage aux jeunes musiciens dans le cadre de leurs études.
Dans ce but, il fut tenu compte, dans la conception ergonomique des claviers, jeux et pédales, d’une possibilité de les rendre accessibles aux enfants au cas où une classe d’initiation à l’orgue serait créée à l’école de musique de Charbonnières.

Téléchargement Télécharger le document "Charbonnières et ses églises"