Groupe de Recherches Historiques Charbonnières les Bains Adresse : 69260, Charbonnières les Bains, Rhône. Téléphone : 06 82 90 31 14. .

INTRODUCTION

Histoire du Syndicat d'Initiative

Les Syndicats d’Initiative ne sont pas, comme on pourrait le croire, une invention moderne créée pour faciliter les pérégrinations de nos contemporains depuis qu’ils sont atteints du virus de la bougeotte. Dans le passé, les mouvements de masses importants étaient surtout le fait de militaires, et les déplacements de troupes en campagne relevaient d’un service appelé autrefois Intendance et Logistique.

Qu’il s’agisse des hordes d’Attila et de son désherbant légendaire des Croisades qui n’avaient rien d’une promenade de santé et mettaient à rude épreuve la fidélité des épouses esseulées demeurées au logis, de Napoléon qui organisa un programme touristique européen pour ses grognards, ou plus récemment encore de ce flot de touristes bottés et casqués qui appréciaient tant notre beau pays qu’une coalition quasi mondiale fut nécessaire pour les inciter à rentrer chez eux, il est certain que sans une structure appropriée ces touristes d’un autre âge n’auraient pu entreprendre de telles excursions. C’est donc cette logistique qui, aménagée, fut mise au service des civils sous le nom de Syndicat d’Initiative, et c’est l’histoire de l’un des 3600 d’entre eux, le nôtre, qui va vous être contée, car le Groupe Historique ayant été l’une de ses composantes, il est bien normal que ce soit à lui qu’incombe le soin d’en parler.

Mais, d’abord, pourquoi avoir uni ces deux mots auxquels nous sommes maintenant habitués et dont le mariage n’étonne plus personne : Syndicat et Initiative ? D’après leur propre signification ils n’ont rien de commun, ni associés, ni individuellement ; un "syndicat" est un groupement formé pour la défense des intérêts de ses membres, et "initiative" signifie : action de proposer ou de faire une chose le premier. Les fondateurs avaient avancé que c’était en songeant à une forme de Fédération pouvant rassembler tout ce que font les Sociétés qu’ils avaient opté pour "Syndicat d’Initiative"... !

Reportons-nous à présent au début de 1889, à Paris, c’est l’année de l’Exposition Universelle dont le clou est constitué par la Tour Eiffel. A Grenoble, sur la place Grenette, le café Cartier est le rendez-vous de la bonne société grenobloise. Dans une petite salle, quelques messieurs font leur manille hebdomadaire, mais ce jour là la partie est quelque peu troublée par l’un des joueurs qui relate à ses amis le voyage qu’il vient de faire en Suisse. Emerveillé par les beautés du pays, il l’avait surtout été par le zèle imaginatif déployé pour mettre en valeur, avec art et intelligence, tout ce qui peut attirer et retenir le visiteur.

Sensible à ces propos, un autre joueur, avocat, fondateur de la Société Grenobloise du Club Alpin Français, de la Société des Touristes du Dauphiné et sportif accompli, pensait depuis longtemps qu’il serait bon de rédiger et de faire connaître une sorte de code enseignant les règles pour bien recevoir. Les deux amis se rencontraient souvent, et avec des notables de la ville organisaient des réunions dont les journaux locaux ne donnaient qu’un compte rendu teinté de scepticisme malgré les arguments que faisaient valoir le touriste venant de Suisse : il n’est déjà pas si facile de retenir les habitants de cette ville car les uns vont passer l’hiver à Lyon, à Paris ou sur le littoral, les autres se transportent à la campagne l’été. Attirer les étrangers est encore plus difficile, il faudrait qu’un Syndicat d’Initiative essaie de faire pour Grenoble ce que des Sociétés similaires de Genève, de Lausanne, de Lucerne, d’Interlaken ou de Bruxelles ont fait pour leur ville.

Mais l’idée avait fait son chemin, et le 22 mai 1889 naissait le premier Syndicat d’Initiative de France sous l’appellation de : Syndicat d’Initiative de la ville de Grenoble et du Dauphiné.

Il convient toutefois de signaler qu’une Association similaire avait été créée le 23 juillet 1875 sous le nom de "Comité des Promenades de Gérardmer" par un groupe de personnes s’appuyant sur la réflexion de l’une d’entre elles : "Il ne suffit pas d’avoir de belles et bonnes choses chez soi, encore faut-il les faire connaître".

Téléchargement Télécharger le document "Histoire du syndicat d'initiative"