Groupe de Recherches Historiques Charbonnières les Bains Adresse : 69260, Charbonnières les Bains, Rhône. Téléphone : 06 82 90 31 14. .

Louis Rougeat de Marsonnat

le découvreur de la source qui fit la renommée de Charbonnières

Abbé Louis Rougeat de Marsonnat

Il n’était pas noble. Il s’appelait Louis Rougeat. Son père, Antoine Rougeat était avocat à la seigneurie de Marsonnas. C’est sans doute pour se différencier d’un homonyme que l’on a jugé bon d’ajouter à son nom, celui du lieu de son domicile.

Né le 15 juin 1715 à Ambérieu (Ain), Louis étudie le latin et la philosophie au collège des Jésuites de Bourg en Bresse. Se destinant à la prêtrise, il entre au Grand Séminaire de Saint Irénée à Lyon, dirigé par les religieux de Saint Sulpice.

Il est ordonné prêtre le 19 décembre 1739 et devient curé de Tassin en lyonnais et Charbonnières en 1740 ; il est également aumônier de la Garde Nationale de Tassin.
Tassin- Charbonnières fut sa seule paroisse : pour en faciliter l’accès ses paroissiens lui avaient même tracé un passage à travers champs.

Le 30 septembre 1778, il découvre la source dans le domaine de Monsieur le Comte Jean Lacroix Laval.

« Je suis d’un tempérament très robuste et sanguin. Je découvre les eaux minérales de charbonnières en 1778. J’avais été menacé d’apoplexie ou coup de sang, ces eaux le purifiant, je les bus pendant vingt jours, deux pintes par jour dans le mois de septembre 1779… Après que j’eus bus les eaux, la toux que j’avais continuellement diminua peu à peu, la respiration ne fut pas gênée l’expectoration fut libre. Depuis le mois de mars 1780 je n’ai plus eu aucun ressentiment de cette maladie. »

Un ancien moulin à huile jouxtant la source fut remis en état pour accueillir décemment les malades et leur donner un abri. Le premier établissement thermal était né.

En 1784, l’Abbé Marsonnat publie le livre « Analyse des eaux minérales de Charbonnières dites de Laval ».

25 septembre 1797 : mort de l’Abbé Marsonnat après 58 ans de service. Il fut enterré civilement, aucun ecclésiastique n’accompagnât sa dépouille, aucun signe religieux ne marqua sa tombe.

Pour les charbonnois, l’abbé Marsonnat restera le personnage légendaire qui a bien mérité de passer à la postérité. C’est grâce à lui que le petit hameau de charbonnières devint une station thermale de renom avec toutes les activités ludiques, sportives, culturelles qui s’y rattachent.